Pages

vendredi 16 février 2018

Sur les rives.







La Loire.
Le vent.
Le froid.
La nuit qui ne vient pas.
Enfin, pas encore.
Le silence blanc, bousculé de murmures gris, glisse et glisse toujours vers l’horizon.

La Loire.
Le ciel.
Son reflet.
Le jour qui s’étouffe.
Enfin, pas tout à fait.
Ta main chaude, dans ma poche, contre la mienne, me parle du bout des doigts.

 La Loire à Chouzé sur Loire, 11 février 2018.
C’est dans ce silence d’hiver que tu m’offres le frisson que j’attends.
Que ce soit le jour, la nuit, tu as cette grâce folle qui me fait fermer les yeux.

12 commentaires:

  1. Sait-elle la chance qu'elle a d'être la muse d'un poète...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle sait qu'elle est ma muse, mais est-ce une chance pour elle?
      La vie d'un poète est souvent embrouillée par ses grondements intimes, ses doutes.
      Je ne crois pas que ce soit le sel de sa chance.
      Bises poétiques.

      Supprimer
  2. Que de mots conviés pour un rêve espéré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rêve est si proche de l'espoir, un peu comme la marmelade d'orange l'est de la confiture de fraise. Un peu d'amertume en fin de bouche.

      Supprimer
  3. Les mains qui s'effleurent, les doigts qui se croisent en disent souvent plus long que de grands discours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les doigts sont toujours plus bavards que celui qui les porte.
      Ils savent être plus qu'une page du discours amoureux, ils en sont le prémisse.

      Supprimer
  4. Petit veinard que tu es, Étienne ! Tu es donc un homme heureux, entre la Loire que tu chéris et la main de celle qui fait vibrer ton cœur. Pour l'exprimer, tu as si poétiquement mis ton ressenti en mots. Joli. Belle soirée à toi.
    Fabrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'amour est trop fragile pour ne pas en grignoter la moindre miette dès qu'elle s'offre à nous.
      Je sais que tout ça est éphémère... alors je dévore le fruit quand il s'offre à moi. Sans état d'âme.
      Douce soirée.

      Supprimer
  5. J'aime le rythme de cette poésie qui lentement, à l'image de vos mots et pour le plaisir du lecteur, s'écoule!

    RépondreSupprimer
  6. Le fleuve est sage, l'amour peut s'y poser... s'y reposer.
    Il apporte, quand il est plein de quiétude, une paix intérieure qui n'a pas de limite.
    Je l'habille juste de quelques mots...
    Merci pour la visite.

    RépondreSupprimer
  7. Balade romantique en écoutant le silence et les doigts tout chauds

    RépondreSupprimer
  8. Sentir, ressentir, vivre et revivre.
    Le bonheur est dans la poche...

    RépondreSupprimer