Pages

mercredi 13 octobre 2021

Vendange.


 La nuit s’est sauvée derrière un épais rideau de brume. Sa course l’a emporté de l’autre côté de la ligne brune, enfouie dans une foule d’arbres ronronnant en cadence. Cette beauté laiteuse portait en son ventre une horde de promesses généreuses.

 


Le fin voile de tulle opaque s’est tendrement déchiré sous les caresses du vent du nord. Sans façon. Une femme magique, ravie d’offrir aux oiseaux ses silences ombragés, s’est mise à danser.

 


Le soleil, patient voyageur attendri par les guirlandes de soie s’échappant des collines, a inondé les vignes aux fragrances chamarrées, tenues éphémères et bigarrées.

 


Dans la douce nature enveloppant Sousay Champigny, notre balade s’est fait bonheur au cœur des vendanges…

 


Balade autour de Sousay Champigny (49), le 12 octobre 2021.


 

mardi 12 octobre 2021

Parc du château de Lathan à Breil (49)

 

Ce dimanche plein de soleil aurait pu nous pousser dans le tendre filet de la sieste. Notre tilleul nous guettait, calme et silencieux. Mais voilà, nos chaises longues sont remisées pour que l’hiver ne les morde pas. Alors, il a germé en nous une douce envie de flânerie. Et les destinations pour satisfaire notre gourmandise de découverte ne manquent pas dans notre belle région.

Le château de Lathan, élégant et secret, nous narguant depuis toujours, le temps était venu de franchir son portail pour parcourir son parc…

Les mots m’en sont tombés.

C’est avec quelques photos que je vais vous conter notre balade bucolique.

Un réel bonheur.

 
















Parc du château de Lathan à Breil (49), le 10 octobre 2021.

lundi 11 octobre 2021

Spleen matinal.

C’est un matin où le réveil est épais.
Le poète est sonné par l’avalanche des conséquences de ses émois.
Des brumes mauvaises ont envahie ses rêves.
De mauvaises odeurs sont remontées de son passé.

Tous les pas chinois de son adolescence
s’envolent vers des horizons toujours fuyant...

 

Et pourtant, il doit se lever comme d’habitude.
Marcher.

Respirer profondément l’air frais piquant son nez.
En remplir tout son être jusqu’aux larmes
et combler le vide sournois à peine installé.

Regarder sans trembler le soleil frémissant
dans l’écharpe nuageuse
caressant la cime des épicéas bleus de Virginie.

Avancer sur son chemin pour prolonger l’espoir.



Petite balade matinale dans le jardin
à l’heure où l’automne frappe à la porte.
Bourgueil, le 10 octobre 2021.

mercredi 6 octobre 2021

Pause à Beaugency (45)

 



L’automne encore discret n’a toujours pas frappé à la porte. Il est en chemin. Il trottine, ballerine dans son tutu de poussières fines et tremblantes. L’onde vagabonde dans son monde de sable doré. Un filet d’air croise ses remous de tulle argenté pendant que le soleil inonde le lit de la jeune Loire, encore engourdie de ses songes tumultueux.

Tout est frais, léger, pénétrant. Le jour frémit dans le coton boursoufflé de ses nuages en transhumance. Les platanes chahutent les ombres de la rive dans un bruissement sec de feuilles agiles.

Beaugency soupire ses chaudes rues, ses pierres de tuffeau tendre gorgées de lumière, ses bavardages agglutinés sur les trottoirs. Explose dans cette valse tourbillonnante les restes d’un été peu partageur, au parfum de regrets.

Le temps s’est arrêté,
miroir désabusé de la folie des hommes,
pour t’écouter chanter douce Loire. 

 

 La Loire à Beaugency (45), le 3 septembre 2021.