Pages

mardi 1 décembre 2020

J'ai embrassé un ange.

 


Dans le silence déjà bien bleu et piquant qui guette le matin, je ne dors pas, je ne rêve pas. Le ciel est un champ où la clarté de la lune somnole en attendant l’aube.

Les cloches, le chant des oiseaux, évanouis dans le vent du soir, se font murmures dans l’air suave. L’attente s’est cachée sous une couverture de rosée à l’haleine dorée.

Tu es arrivée, étoile filante gantée de poudre scintillante, bousculant la Grande Ourse et les poussières de la voie lactée. La nuit, éblouie, a écarté ses dentelles féeriques pour te montrer le chemin.

Des elfes magiciens ont effacé les bourrelets du crépuscule pour t’offrir le manteau soyeux de ton premier voyage.

 Dans la douceur infinie de l’instant, je vibre en voyant tes fines mains danser, encercler l’invisible clarté. Mon bonheur n’a pas d’ombre. Il t’a attendue si fort. Mes paupières se ferment sur mes larmes de joie.

 Tu as choisi l’heure pâlotte de ma vie pour m’apporter la lumière céleste, pour répandre sur ma route les parfums de vanille exhalés par la brume outremer. Et me voilà berger dans le firmament de ta vie, moi, papillon dans la béatitude du soir.

 En posant mes lèvres sur ta joue, j’ai embrassé un ange.

Noélie est entrée dans mon cœur et s’est blottie dans sa chaleur, tout en silence.
Je la berce de chansons douces dans mon âme de velours, de la joie plein la tête.
Voilà que ses petits doigts tout neufs serrent déjà le monde de demain.

 

lundi 23 novembre 2020

Un nouveau soleil.

 

Laissons le vent effilocher nos songes,
dénouer les rubans de nos tourments,
détricoter les pulls de nos amours.

Chacun de ses fils défaits,
éparpillés dans l’air,
sur la mousse de nos vies,
dégage le ciel pour nous.


Chaque matin,
chaque soir,
un nouveau soleil.

Coucher de soleil depuis la fenêtre de mon bureau... 16 novembre 2020.