Pages

mercredi 26 janvier 2022

Retrouvailles.

 


Dans la ville de soie diaphane,
ondulent des silhouettes outremer
bercées par une lumière soyeuse.
Des nuages à la dérive
pleurent à petites larmes
sur les arbres à l’écorce brillante,
débarrassée de toutes les senteurs du jour
éparpillées par le vent sur les rires
de nos retrouvailles.

Silencieux et nu.
Perdu dans l’étrange remous des draps fins,
je regarde le ballet secret des étoiles
scintiller sur ta peau frémissante.

Tu dors,
les poings fermés,
le cœur affolé,
le corps au repos,
les seins blancs et les cheveux épars,
les paupières poudrées de poussière d’albâtre.

Tout est fragile :
la nuit,
tes rêves,
tes mains menues et douces,
ton ventre blond,
lumineux sous la lune claire
dans ce jardin secret où pleuvent avec grâce
la nuit bleue et tes soupirs parfumés.

 Image empruntée au net.

mardi 25 janvier 2022

Dans les brumes du temps qui passe...

 Promenade silencieuse dans les brumes du temps qui passe...








Autour de Bourgueil, cet après-midi.
Photos prises avec mon téléphone, je n'avais pas pris mon appareil n'imaginant pas un seul instant que tout pouvait être aussi beau. L'erreur.


mercredi 19 janvier 2022

Hommage à Gaspard...

 

Au matin l’hiver.
Un long couloir de brumes denses où un papillon a quitté mon épaule nue,
En silence,
Pour un voyage tout léger.

Il vivait accroché à la magie colorée de mes rêves,
Troubadour aux ailes teintées de mille et une nuances de gris,
Camaïeu lourd, pendu aux dentelles de ma mémoire.

Il a déplié ses grandes voiles de soie douce pour agiter l’air
À la lisière de mes paupières déjà rassurées par cette danse d’adieu.

Il est ailleurs, assoupi dans un soir volatile,
Accroché sur un toit blanc,
Piqué par un rayon de lune,
Aventureux Pierrot au regard diaphane.

Alors le cœur se serre de cette absence.