Pages

jeudi 16 novembre 2017

Une rue de Paris.




La frêle lumière juste tiède d’une terrasse.
Le Louvre n’est pas bien loin.
La nuit ouvre ses portes et laisse s’échapper mon rêve.

 
Un café. Une rue de Paris. Une rue dans Paris. Ta pause triste, ingénue. Une rue nue et froide parce qu’en hiver. Brillante, humide… Ton regard perdu, ta mine défaite. Obscure Diva. L’ombre moirée d’un chocolat chaud qui fume tendrement jusqu’à tes yeux. Une larme ? Une cigarette ?
Je suis passé, pressé. Les épaules timides enfouies dans un imperméable, les mains ratatinées dans le creux de mes poches.
Tu ne m’as pas suivi…

Les réverbères regardent la pluie éclabousser les pavés.
Ils brillent déjà en attendant tes pas…
Tes pas, pour que la musique de tes talons scintille dans le soir.

4 commentaires:

  1. La musique qui scintille, j'aime beaucoup
    Comme le poème dans son entier, d'ailleurs
    Gros kiss
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Paris... une autre femme qui m'inspire...
      Chez elle, même la pluie est belle.
      Bises scintillantes.

      Supprimer
  2. Tes mots, tout en nostalgie. On entend le crépitement discret des gouttes de pluie sur le pavé, on sent le fumé du chocolat et on observe la mine ingénue de la belle. Belle journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paris a cette facilité d’être magique à chaque instant du jour et de la nuit.
      Je n’y peux rien…

      Supprimer