Pages

jeudi 23 novembre 2017

Nuit d'automne.



Un grand oiseau écarte ses ailes au-dessus de nos têtes.
Un vent musical écoute les absences de l’âme, renverse la tête de l’oiseau paresseux, décoiffe la reine de nuit qui s’éclipse en silence…


Cette aventure sera belle même si les hommes s’endorment au pied du lit de leurs maîtresses. Sont-ils aussi fous que grands pour taire leur fragrance insolente ?
Les dames, nues et solitaires, les regardent s’oublier dans la fade lumière de la fin du jour.
L’instant magique se meure sans musique.
Les premières nuits d’automne sont ainsi : délicieuses et éphémères.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire