Pages

jeudi 19 octobre 2017

Coucher de soleil à Trogir.



Le jour, chaud et couronné d’un ciel bleu sans tâche, laisse la fureur du soleil inonder l’horizon, derrière les montagnes, à deux pas de la mer, juste au-dessus du port assoupi.

Trogir, 26 septembre 2017, 18h27.

Trogir m’émeut et son charme n’est pas sans t’atteindre non plus. L’air est encore bien tiède et pourtant, assis l’un près de l’autre, nous frissonnons de concert.
Les pierres blanches de la ville murmurent, tout en langueur, le reste des bavardages qui courent les rues. Une rumeur d’été. Quelques rires en terrasse. Des parfums instantanés, apaisées sous les parasols de la Riva.

Et si nos montres arrêtaient de grignoter cette minute de bonheur qui n’appartient qu’à nous, là, sur ce quai, loin de chez nous ?

6 commentaires:

  1. Oui, surtout ne plus regarder sa montre...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... Juste, à trop regarder le temps on en oublie qu'il passe.
      Bises hors du temps.

      Supprimer
  2. Laisser l'instant se noyer dans le regard,
    Dans les éclats du soleil couchant,
    Dans les brumes du temps qui passe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout ça en même temps, le parfum du bonheur.

      Supprimer
  3. "La vie n'est pas une série infinie de moments présents,
    mais un seul instant présent avec d'infinies profondeurs."

    Jeff Foster

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une citation qui sonne juste.
      Il faut prendre le temps de voir la vie pour l'aimer davantage.

      Supprimer